22 octobre 2012

Twitter dans ma valise


« Putain, j’ai oublié ma pilule. Deux fois en dix jours, la honte. »

Pour une copine de La Copine qui avait oublié sa pilule la veille, qui en avait pris deux d’un coup avant de se rendre compte qu’elle ne l’avait pas oublié, j’ai parlé de Martin Wrinckler
J’ai aussi glissé dans la conversation qu’il existait d’autres méthodes hormonales de traitement contre l’acné que la Diane35® qu’elle prend depuis des années. Je n’ai, personnellement et esthétiquement parlant, pas franchement bénéficié de ma décision de l’arrêter. Le moment était sûrement mal choisi, elle a bien vu le désastre lorsqu’on s’est démaquillées ensemble. Pas sûre que le message soit bien passé.

Quand La Copine m’a causé de son tout nouvel anneau contraceptif avec un enthousiasme évident, j’ai acquiescé en disant que c’était si pratique qu’elle risquait de l’oublier. Elle ne savait déjà plus à quelle date elle l’avait posé.
« Les règles, c’est quand même un signe pour être sûre qu’on est capable de procréer, pour s’assurer que tout va bien ». J’ai reparlé de Martin Wrinckler. 
Mais pas sûre qu’elle osera l’utiliser en continu. Parce que  « les règles c’est important ».

Quand j’ai parlé de mon désir d’enfant et qu’elle m’a assommée d’idées pré-conçues à dormir dehors, j’ai sorti l’artillerie lourde.

« MAIS, tu vas pas demander une césarienne ? Mais le bébé, il va tout défoncer, tu ne sentiras plus rien après ». Glamour ma copine. J’ai fait mes yeux de poisson mort, choquée par cette remarque. Je nous savais différentes mais je croyais mieux la connaître.

Alors doucement, j’ai parlé.
De MmeDéjantée, qui raconte avec tant de force et de douceur, un accouchement qu’elle a choisi à domicile. Pas pour le domicile mais pour le choix. De faire les choses différemment. Ou simplement comme on l’entend.

J’ai dérivé chez Marie de MamansTestent et le super Coaching sexuel de Vanessa Lope « Combien de temps » Parce que cette vision étriquée du plaisir m’attristait et que la complexité de ce qui fait un couple solide prend tout son sens dans cet article, à mon goût : 
« elle n'a pas envie de ce plaisir là.
Ce n'est pas contre son chéri. C'est POUR elle. »

Il en reste beaucoup que j’ai gardé pour moi. L’anonymat restant de mise, je n’ai pas osé aller plus loin. J’ai semé quelques bribes de réflexion, au gré du vent. Qui sait ce qu’elles deviendront…

Et puis, je suis allée rencontrer une copine du virtuel, soit-disant.
« Je ne l’ai jamais vue »
« Mais, de quoi vous allez bien pouvoir parler alors ? ».

On a papoté comme de vieilles copines de toujours, sans un silence. Une vague histoire de blouse et surtout, surtout, la richesse de nos échanges ici, et sur la toile. Avec une foule de sourires. 

Sans Twitter dans ma valise, sans Twitter qui m’a fait grandir et me poser des questions, qui sait ce que j’aurai pu dire…  

Merci. 

2 commentaires:

Farfadoc a dit…

ça me dit quelque chose, ce que tu racontes là ^^
Des bisous, et merci d'être là et de participer au mouvement!

Malgven a dit…

J'ai aussi beaucoup évolué grâce à Twitter, grâce aux livres et au site de Martin Winckler... et aux blogs que tu as cités. J'ai ainsi été plus à l'aise pour en parler avec des copines "en vrai" qui, bonne surprise, voient les choses de la même manière que moi. (Et j'ai adopté la moon cup malgré qq douleurs résiduelles post accouchement pr l'enlever, pis du coup j'en ai plus besoin because Mirena.) Commentaire fouillis ms merci à toi pr ce que tu partages ici et sur twitter.

Enregistrer un commentaire

Un petit mot à rajouter ?