5 avril 2012

Kiné : Le métier idéal pour palper du Mâle ?



Petite cochonne va !


Plus sérieusement, WHAT THE F**CK ?

Ma fille, si c’est ce que tu penses vraiment, tu crains.
Si tu crois être sûre de ton choix, renseigne-toi. 
Et je vais te montrer pourquoi.

Les mecs aux 12 carrés de chocolat dans le bide et petit boxer bien moulant en soie dans un petit cul du feu de dieu ne viennent pas chez le kiné lambda. Ils ont leurs adresses, à la capitale, madââme. Si par chance y en a un qui vient, ça sera forcément pour une cheville ou un truc qui ne nécessite aucun déshabillage, vive la frustration.

Bizarrement, aucun dessin d’un kiné qui traite un pied ou une épaule avec l’aisselle à l’air. Les jeunes hommes, une demi-tablette de chocolat sous un nombril imberbe, ça ne pue pas des pieds, ça ne sent jamais la sueur rance de la veille, on le sait ça, aussi vrai que toutes les filles sont des princesses qui ne font jamais un seul vilain caca qui pue.

En libéral comme  à l’hôpital, hors spécialisation pédiatrique ou sport, les tablettes de chocolat ont souvent disparu depuis longtemps pour une belle bidoche de mousse bien tendre. Quelques poils poivre et sel, 5cm de longueur, bien frisés dépassent d’entre les mailles du slip kangourou élimé aux fesses. Même pour la kiné, il n’aurait pas mis son slip du dimanche celui-là.

Des hommes comme ça, je n’en ai pas vu beaucoup dans ma courte carrière. Et encore heureux, c’est tellement rare que quand ça arrive, je ne sais plus ou me mettre, parce que regarder, ça ne fait de mal à personne hein ?
Chéri si tu me lis, gueule pas, c’est pour les besoins du blog que je dis ça XD
Moi, je rougis tout de suite alors c’est pas discret, mieux vaut que j’évite.

J’ai déjà joué, à table, à celui qui décrira son crachat le plus moche de la matinée.
Mon best restera « la quenelle de steak mi-cuit en gelée ».
Quand le patient n’a pas vomi au lieu de cracher.

En kiné, on travaille avec des gens. Et chacun est unique. Il y a des gens beaux, moches, minces, grassouillets, obèses. Il y a ceux qui ont appris à se laver tous les jours, ceux à qui on a toujours dit de ne jamais gaspiller l’eau et qui se lavent de temps en temps. Il y a les chanceux qui sentent bon naturellement, qui suent très peu et qui ont la peau douce. Et puis ceux qui sentent, manque d’hygiène ou non – quand on lave le pied mais qu’on le remet dans une chaussure qui a 10 ans d’âge, autant ne pas le laver du tout. Ces odeurs naturelles pourtant mais qui foutent la honte aujourd’hui. Et tout ça, il faut être capable de l’accepter.



Pourquoi cette publicité me gêne ?

La profession de masseur-kinésithérapeute a bien évolué ces dernières années et le fantasme du kiné costaud avec des grosses mains bien poilues s’est un tantinet raréfié.
La féminisation des promotions atteint pas loin des 50-60% dans certaines écoles.

Y a assez de gros lourds aux blagues vaseuses qui courent la campagne, assez de cons assez confiants pour foutre leur paluche au cul de leur kiné(e) – vécu par une colègue – parce que « j’ai senti dans son massage qu’elle en avait envie la cochonne ».

Il est déjà  difficile dans ce boulot de se faire accepter et reconnaître en tant que professionnelle pour qu’une campagne de pub nous en remette une couche sur le dos. J’aimerais pouvoir être une kiné avant d’être une femme quand je bosse.
Le petit reluquage en coin, ça suffit hein.

J’aimerais croire qu’aucun de mes patients ne ressentira la moindre petite pointe d’excitation à l’idée que je le masse. Moi je dis, avec une pub pareille et une kiné bombasse en nuisette de diablesse :
Comment voulez-vous qu’on s’en sorte ?




10 commentaires:

BicheMkde a dit…

Je rajouterai une couche étant moi même masseur-kinésithérapeute (véritable appellation de notre métier):

Je ne suis pas une kinésithérapUte!

La petite nuisette sexy rouge avec l'idée de manipuler (double sens: physique et psychologique mais pour moi évoquant plus le coté psy) me débecte, me donne envie de gerber.

Un corps nu n'est pas sexualisé quand nous soignons, nous respectons la pudeur et l'intimité de nos patients, et nous nous respectons nous même.

La manipulation appartiens sur le plan physique au ostéopathe et chiropracteurs. Un kinésithérapeute est un professionnel de santé, un rééducateur, il ne manipule pas.

La manipulation sur le plan psychique appartient au pervers-narcissique et autres pathologies psychiatriques ou, en tout cas, a une connotation extrêmement péjorative.

Nous sommes des thérapeutes, pas des p*tes!

Merci Leya, je trouve ton propos bien construit et étayé, je voulais écrire sur cette image que tu m'a montrée il y a quelques heures mais je ne trouvais pas les mots sans tomber dans le registre de la vulgarité et de la grossièreté...bref à l'image de cette image.

Je suis heurtée aussi bien en tant que femme qu'en tant que kiné!

Etudiante MK a dit…

Biche, tout à fait d'accord avec toi.
Je trouve ton Kinésithérapute très bien trouvé ^^

Leya, cela reste du second degré, mais il est vrai que cela ne fait que renforcer les a priori déjà bien présents et je trouve cela bien dommage. (Du reste, les autres images concernant d'autres professions ne sont pas mieux.)
Ayant déjà eu des problèmes avec un patient, malgré ma courte expérience, je ne peux que soutenir ce que vous dites toutes les deux.
Il est bien triste d'en arriver parfois à avoir PEUR de toucher un patient, parce qu'on ne sait pas ce qui peut se passer ensuite.

L'énorme problème, c'est que la conception du corps asexualisé quand on soigne n'est parfois claire que dans notre esprit, pas dans celui du patient en face.

Leya_MK a dit…

Merci pour vos deux com's. En commençant cet article, je voulais parler de ça, de cette asexualisation qu'on attend d'un étudiant kiné, si dure à acquérir, cette peur du regard sexualisé que le patient peut porter sur nous (d'où mon dada pour les jeans et pas les jupes) et la façon d'y réagir. Et justement de l'erreur de cette affiche qui je pense nous fait courir des risques, souvent seules dans un cabinet avec des patients hommes potentiellement sensibles à ce genre de fantasme.

Mais je n'ai pas pu. La dérision pour éviter de causer sérieux. Et vous en parlez très bien, alors merci.

thoracotomie a dit…

je trouve que vous vous enflammez un peu sur cette campagne.
comme beaucoup d'affiches et de slogans, c'est un peu con-con, pas +.
le slogan et les illustrations qui vont avec sortent sans doute d'un concours type "allez y faites un brainstorming et sortez moi un truc en rapport avec la kiné"
et comme il y a des cons partout forcément, le résultat n'est pas toujours au top.
évidemment étant un homme, et n'étant pas kiné, je me sens pas vraiment concerné ni "malmené" par cette affiche.
ce qui est moche c'est que l'affiche est plutôt bien dessinée, si on supprime le petit diable sexy ridicule et le bimbo à gauche en boxer qui l'est tout autant, il n'y a que le slogan qui devient limite, mais ça passerait presque.

thoracotomie a dit…

j'ai été voir la campagne complète de ces affiches http://www.la-veilleuse-graphique.fr/2012/02/13/campagne-daffichage-de-letudiant-sur-lorientation-des-jeunes/
et je trouve que ça change l'intention de départ (après on peut critiquer sur l'utilisation malgré tout des clichés)

Leya_MK a dit…

Bah on rigole aussi un peu ;)
Plus sérieusement, j'ai très mal réagi en voyant l'affiche sans le slogan "êtes vous sûr du métier que vous avez choisi". Ensuite ça a été plus clair et j'ai eu plus de mal à râler parce que finalement je trouve l'idée et l'intention de départ très bonnes et même nécessaire car le métier est mal connu et ce n'est pas évident de se réorienter.
Je regrette le choix de l'orientation sexy parce que ce n'est pas toujours évident d'être une nana dans ce métier et que j'ai peur des répercussions de cet affiche sur une partie des passants qui la verront. J'ai vaguement connu une kiné agressée à son cabinet, ça refroidit très vite.

Sans la diablesse et le bodybuilder, avec "moi je veux faire kiné pour masser des gens", pourquoi pas ?

Babeth a dit…

Hum... heureusement qu'ils n'ont rien dit sur les gynécos :-(

Leya_MK a dit…

Ah non, là ça serait trop gore ;)

Pyj a dit…

Et encore... tu n'es pas infirmière... ;)

Leya_MK a dit…

Oh non et heureusement. Ce métier a encore une image un peu de bonhomme.
Quoique j'ai du mal à comprendre la persistance de certains fantasmes car nos pyjamas quotidiens sont vraiment informes !

Enregistrer un commentaire

Un petit mot à rajouter ?